Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
Présidentielle 2017

Sondage primaire à gauche : ce que pensent les Français de Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon

Manuel Valls est régulièrement critiqué depuis le début de la primaire de la gauche. Pourtant, une enquête du Cevipof pour "Le Monde" montre qu'il détient encore toutes ses chances d'être élu à l'issue de ce scrutin.

Le flou subsiste toujours dans cette primaire de la Belle Alliance citoyenne. Malgré tout, l'ancien Premier ministre aurait davantage l'étoffe d'un Président de la République que ses rivaux Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, selon les résultats de l'enquête Cevipof - Ipsos Steria pour Le Monde du jeudi 19 janvier.

 

43 % des sondés estime que Manuel Valls a "l'étoffe d'un président" contre 30 % pour Arnaud Montebourg et 24 % pour Benoît Hamon, et seulement 17 % pour Vincent Peillon. Ce sondage réalisé par le journal Le Monde est une véritable bonne nouvelle pour Manuel Valls. Alors qu'il était la cible d'attaques, le candidat souhaite incarner la fonction "Présidentielle" grâce à son expérience.

Dans cette étude, les Français montrent qu'il "a déjà prouvé son efficacité" pour 33 %, Arnaud Montebourg pour 24 % et Benoît Hamon pour 21 %. Seul point noir au tableau : Manuel Valls apparaît comme un homme qui n'est pas très "sympathique" pour 77 % des Français.

Echantillon de 15.921 personnes inscrites sur les listes életorales constituant un échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans. Le sondage a été effectué du 10 au 15 janvier.

Quand Manuel Valls devient offensif

Manuel Valls est passé à l'offensive lors de son avant-dernier meeting à Limoges le mercredi 18 janvier. Dans son discours, le candidat à la primaire s'était attaqué aux programmes de ses opposants : et plus particulièrement de Benoît Hamon. "C'est facile de promettre l'impossible... lorsqu'on sait au fond de soi que l'on n'en sera jamais comptable". Selon l'ancien Premier ministre, le "revenu universel de Monsieur Hamon nécessitait de doubler le budget de l'Etat et donc d'augmenter massivement les impôts".

 

Sondage primaire à gauche : ce que pensent les Français de Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoît Hamon
Manuel Valls est régulièrement critiqué depuis le début de la primaire de la gauche. Pourtant, une enquête du Cevipof pour "Le Monde" montre qu'il détient encore toutes ses chances d'être élu à l'issue de ce scrutin. / ©maxppp
Ajouter un commentaire