Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
WTF

Affaire Penelope Fillon : Alain Juppé exclut de remplacer François Fillon s’il se désiste

Venu s’expliquer le 26 janvier dans le JT de TF1 sur les accusations d’emploi fictif de sa femme Penelope, François Fillon a prévenu : s’il est mis en examen il renoncera à se présenter l’élection présidentielle. Se poserait alors la question de lui trouver un remplaçant. Alain Juppé a prévenu, ce ne sera pas lui.

Il ne faudra pas compter sur lui. Alors que François Fillon a annoncé le 26 janvier dans le journal télévisé de TF1 qu’il se retirerait s’il était mis en examen suite aux accusations d’emploi présumé fictif de son épouse Penelope, Alain Juppé a d’ores et déjà annoncé qu’il excluait de le remplacer au pied levé si d’aventure il devait renoncer à l’élection présidentielle.

Le maire de Bordeaux, battu au second tour de la primaire de la droite et du centre par François Fillon, refuse "clairement et définitivement" d’envisager une telle hypothèse. La raison en est simple : "La primaire a eu lieu et que les électeurs se sont prononcés".

"Qui imagine le général De Gaulle mis en examen ?"

François Fillon est constant avec lui-même. En pleine primaire de la droite et du centre, au mois d’août 2016, il avait lancé cette phrase fameuse : "Il ne sert à rien de parler d'autorité quand on n'est pas soi-même irréprochable. Qui imagine le général De Gaulle mis en examen ?" Il s’agissait à l’époque pour lui de cibler Nicolas Sarkozy, empêtré dans ses déboires judiciaires avec deux mises en examen sur le dos, l’une dans l’affaire Bygmalion et l’autre dans l’affaire des écoutes.

Le contexte a changé et la posture d’alors se retourne maintenant contre François Fillon. Si l’ouverture d’une enquête par le Parquet national financier, effective hier, devait conduire à une mise en examen de l’ancien Premier ministre, il serait contraint, lui le candidat investi par son parti, de se retirer.  

Un pareil séisme hypothéquerait alors sérieusement les chances de la droite de remporter l’élection présidentielle. Et on est en peine d’imaginer aujourd’hui qui serait capable de remplacer le vainqueur de la primaire. Juppé s’étant d’office exclu du jeu, un improbable retour du 3e homme de la primaire Nicolas Sarkozy serait un scénario bien incroyable.

Affaire Penelope Fillon : Alain Juppé exclut de remplacer François Fillon s’il se désiste
Alain Juppé exclut de remplacer François Fillon si celui-ci se désiste de sa candidature à l'élection présidentielle / ©maxppp
Ajouter un commentaire