Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Parti chrétien-démocrate Parti écologiste Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
WTF

Harcèlement sexuel : Rachida Dati se défend très bien toute seule (vidéo)

Des paroles mais pas d’actes ? L’ancienne garde des Sceaux était l’invitée ce vendredi 20 mai de Jean-Jacques Bourdin sur RMC / BFMTV. Interrogée par le journaliste sur son refus de signer la tribune publiée le 15 mai dans le Journal du Dimanche et signée par dix-sept ministres pour dénoncer le harcèlement sexuel en politique, Rachida Dati s’est montrée franche. "Il n’y avait pas de proposition" pour l‘ex-ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy. Non Stop Politique revient sur ses propos.

Six jours après le début de l’affaire Denis Baupin, dix-sept anciennes ministres de droite comme de gauche lancent un appel pour la fin de l’impunité dans l’édition du 15 mai du Journal du Dimanche. Dans cette tribune intitulée "L’impunité c’est fini", les anciennes ministres font bloc. "Nous venons de bords différents mais nous partageons toutes la même volonté : que le sexisme n’ait pas sa place dans notre société." Cécile Duflot, Aurélie Filippetti, Rama Yade, Roselyne Bachelot ou encore Chantal Jouanno veulent briser le silence.  

"C’est de l’entre soi"

Interrogée par Jean-Jacques Bourdin sur son refus de signer cette tribune, Rachida Dati n’a pas été très tendre envers ses anciennes collègues et ennemies politiques signataires de ce papier. "On m’a sollicité. J’ai trouvé que c’était une tribune de l’entre soi. Dans cette tribune, il n’y a rien, on est victimes. Pas de proposition. (…) Il n’y a rien dedans." Une tribune qui mise plus sur la forme que sur le fond selon l’ancienne garde des Sceaux. "J’aurais préféré entendre Monsieur Urvoas à la Une du JDD ou même dans le cadre de cette tribune, j’aurais été signataire, c’est de dire ‘voilà les mesures que nous allons prendre à l’encontre des harceleurs’." Et Rachida Dati de conclure  en se désolidarisant totalement de ces anciennes ministres signataires de la tribune. "Ces femmes qui ont signé… on a toutes les moyens de se défendre. (…)" Des propos un brin sexiste ? 

Rachida Dati seule contre les 17 anciennes ministres signataires de la tribune
Rachida Dati fait bande à part. / ©maxppp
Ajouter un commentaire
Breaking News