Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
WTF

Jean-Luc Mélenchon appelle le Parti socialiste à soutenir sa candidature

Face à la déroute annoncée de la gauche au premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon s’amuse à proposer au parti socialiste de se rallier à sa candidature plutôt que de l’appeler sans cesse à participer à la primaire de la gauche.

Jean-Luc Mélenchon le répète à l’envie, et avec force, il ne participera pas à la primaire de la gauche. Jamais. Peu lui importe les sollicitations de Jean-Christophe Cambadélis ou celles de Manuel Valls, le fondateur de la France insoumise ne s’imagine pas passer par la case primaire et devoir, en cas de défaite, se rallier à un candidat qu’il écorne depuis plusieurs semaines.  ‘’Je pense que si je participais à une primaire je me trouverais immédiatement dans une position de déloyauté totale parce que si je venais à perdre cela signifierait que par loyauté je devrais respecter celui qui a gagné et lui apporter mon soutien’’, souligne Jean-Luc Mélenchon.

 Impossible pour le candidat ‘’après avoir fait des années campagne, avec des arguments de fond, pour expliquer pourquoi j’étais en désaccord total avec la politique du gouvernement de M. Hollande et de ceux qui l’ont servi et qui se trouvent dans cette primaire’’. ‘’Ce n’est ni une humeur, ni un caprice. C’est un devoir de loyauté. Je ne crois pas à une primaire dans laquelle les points de vues sont aussi éloignés’’, souligne-t-il encore.

‘’C’est moi qui suis en tête’’

À y regarder de plus près, Jean-Luc Mélenchon estime même que ce n’est pas à lui de se rallier au PS mais au PS de se rallier à sa candidature. Pourquoi ? Parce qu’il est favori dans les sondages. Invité sur le plateau de France Inter ce dimanche, il s’explique. ‘’C’est moi qui suis en tête aujourd’hui, par conséquent la seule chose qui devrait leur venir à l’esprit, conformément à ce qu’ils faisaient autrefois, c’est d’en convenir. Quand vous avez un sondage qui le met à 6% face à la droite et moi à 12 ou à 13%, ils devraient se dire peut-être que cette fois-ci il faut aider Mélenchon ou ce que je représente’’, explique-t-il.

En effet, selon un sondage réalisé fin novembre par Kantar Sofres pour Le Figaro, si Arnaud Montebourg remportait la primaire de la gauche il obtiendrait 6% des voix au premier tour de l’élection présidentielle, contre 12% pour Jean-Luc Mélenchon. Si le PS se ralliait à sa candidature, hypothèse hautement improbable, le candidat de la France insoumise décrocherait donc 18% des voix, et passerait ainsi devant Emmanuel Macron (16%).

Jean-Luc Mélenchon et Noël Mamère très complices lors d’une interview croisée
Jean-Luc Mélenchon appelle le PS à soutenir sa candidature / ©maxppp
Ajouter un commentaire