Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
WTF

Jean-Pierre Raffarin évoque le côté ‘’surnaturel’’ des fonctions de Président et de Premier ministre

Jean-Pierre Raffarin était l’invité de la Drôle de Rencontre sur RTL. L’occasion pour l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac de revenir sur ses années à Matignon et d'évoquer la complexité des hautes fonctions d'Etat.

De ses années comme Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin retiendra la pression, ‘’très forte’’ et la frénésie du temps. ‘’Une bonne nouvelle à Matignon ça dure une heure, mais tout de suite il y a une autre nouvelle qui arrive et qui est tragique.’’, se souvient-il. Après la victoire du ‘’non’’ au projet de Constitution européenne qu’il a ardemment défendu, Jean-Pierre Raffarin quitte le gouvernement en 2005. Pour autant, ce proche de Jacques Chirac n’est jamais tout à fait sorti de la vie politique française. Bien au contraire. Sénateur de la Vienne depuis 2005, il obtient la place de Président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat en 2014. A l’occasion de la primaire de la droite et du centre, Jean-Pierre Raffarin prend régulièrement la parole pour défendre son candidat : Alain Juppé. Les deux hommes se connaissent depuis longtemps, Jean-Pierre Raffarin ayant été le ministre d’Alain Juppé en 1995. S’il ne jure plus que par le maire de Bordeaux, Jean-Pierre Raffarin ne se prive pas pour autant de dresser un portrait acide de la vie politique actuelle taclant au passage le manque d’humilité des candidats.

Jean-Pierre Raffarin et la ‘’grâce’’ des hautes fonctions

Pour l’ancien Premier ministre, on ne naît pas Président, on le devient. Jean-Pierre Raffarin se fait même philosophe lorsqu’il évoque la grandeur des hautes fonctions. ‘’Il y a une sorte de grâce de l’action publique. Quand vous entrez à Matignon, à l’Elysée, par définition ce n’est pas des postes pour lesquels vous êtes prêts, ce sont des postes plus grands que vous, explique d’une voix calme Jean-Pierre Raffarin. Personne ne peut dire qu’il a été formé pour être Président, qu’il est prêt à être Premier ministre. D’une manière un peu miraculeuse, par la gravité des situations (…) progressivement vous occupez le costume.’’ L’ancien Premier ministre ajoute même qu’il y a ‘’quelque chose qui est un peu surnaturel dans l’exercice de la responsabilité’’.  Et face au manque criant d’humilité de certains futurs candidats, Jean-Pierre Raffarin rappelle qu’au final, ‘’on n’est prêt à rien (…) Quand vous êtes face au Bataclan, personne n’est prêt. Ce sont des turbulences extrêmes qui vous envahissent politiquement mais aussi personnellement. (…) Vous avez besoin de sang-froid, de sagesse, et de cette humilité qui vous donne, je crois, conscience qu’il y a des choses en vous plus grandes que vous.’’ À méditer.

Jean-Pierre Raffarin
Jean-Pierre Raffarin évoque avec philosophie l'art d'être Premier ministre (ou Président) / ©maxppp
Ajouter un commentaire