Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
WTF

Michèle Delaunay – Dur, dur de n’être (que) députée, l’ancienne ministre raconte ''l'épreuve'' de son éviction

Michèle Delaunay a brutalement quitté le gouvernement de Jean-Marc Ayrault lorsque Manuel Valls en a pris la tête en mars 2014. Michèle Delaunay, alors ministre en charge des personnes âgées et de la dépendance est évincée et redevient (simple) députée. L’affront est total pour l’ancienne ministre qui ne s’en est toujours pas remise.

Mise à la porte par Manuel Valls à son arrivée à la tête du gouvernement  en 2014, Michèle Delaunay a bien du mal à digérer son éviction. À en croire son interview dans l’Opinion, l’ancienne ministre en charge des personnes âgées et de la dépendance l’a vécu comme le pire affront de sa (courte) carrière politique. Michèle Delaunay, entrée en politique tardivement à l’âge de 60 ans, confie dans les pages du quotidien que son éviction ‘’a été une blessure d’honneur’’. Pour cause, la ministre apprend qu’elle sera déboutée du prochain gouvernement à la télévision, comme tout le monde. La pilule est dure à avaler pour la candidate qui avait raflé son siège de député à Alain Juppé en 2007. Même le fait d’avoir retrouvé son confortable siège de députée à l’Assemblée nationale ne semble pas avoir adoucie la peine de l’ancienne ministre. La régression est totale pour Michèle Delaunay qui a vécu son retour dans l’hémicycle comme ‘’une épreuve’’.

Michèle Delaunay, son éprouvant retour à la vie de (simple) députée

Complètement désœuvrée de n’être redevenue (que) députée, Michèle Delaunay se lance alors dans de nouveaux projets, plus éloignés de ses fonctions de ministre. Le sujet est ’’ trop douloureux’’ dit-elle. ‘’Lorsque je suis redevenue députée, il me fallait un os à ronger, un sujet de passion’’, se désespère l’ancienne ministre. Coup de bol pour Michèle Delaunay, avoir été ministre, même quand on ne l’est plus, comporte quelques avantages. ‘’L’étiquette d’ancien ministre pour parfois faire avancer un dossier’’, assure-t-elle. Pourtant, son projet de loi pour l’augmentation du prix du paquet de cigarettes est passé à la trappe, devancé par le paquet neutre porté par Marisole Tourraine, sa successeure. Là aussi, l’affront est difficile à digérer. Mais Michèle Delaunay se console avec mesure : ‘’Mon action en tant que ministre fera partie de mes raisons d’avoir vécu.’’ Au pire, l’ancienne ministre peut toujours tenter sa chance à la primaire de la gauche, aux côtés d’autres déboutés du gouvernement Ayrault.

 

Michèle Delaunay
L’ancienne ministre du gouvernement Ayrault ne s’est toujours pas remise de son éviction / ©maxppp
Ajouter un commentaire