Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
WTF

Non cumul des mandats : Jean-François Copé accuse François Fillon de céder à la ''bien-pensance''

Jean-François Copé est l'un des plus farouches opposants à la loi interdisant le cumul des mandats locaux et nationaux. Face au refus de François Fillon de revenir sur cette réforme, il l'accuse de céder à la "bien-pensance".

À l'approche des élections législatives, les parlementaires opposés au non-cumul des mandats sont vent debout pour faire abroger cette loi. Voulue par François Hollande, elle prévoit qu'un parlementaire ne puisse plus cumuler sa fonction à l'Assemblée nationale ou au Sénat avec un mandat local, dans une mairie, une région ou une collectivité. À droite, ils sont nombreux à protester contre cette réforme, malgré la volonté annoncée de leur candidat, François Fillon, de ne pas la remettre en question.

 

François Fillon, ce bien-pensant

 

Jean-François Copé, député-maire de Meaux, ne décolère pas de devoir prochainement céder l'un de ses mandats. Après avoir tenté d'alerter sur les dommages psychologiques qu'aurait une telle réforme sur les élus, il n'hésite pas à attaquer frontalement François Fillon. Dans Libération le 1er janvier, Jean-François Copé juge que la décision de maintenir le non-cumul des mandats est une "folie dictée par la bien-pensance". Coller l'étiquette, couramment utilisée par l'extrême-droite, du "Bien-pensant" à François Fillon, l'ancien Premier ministre devrait apprécier. D'autant que, comme le souligne le Lab, une écrasante majorité des Français sont opposés au cumul des mandats.

Jean-François Copé et François Fillon
Jean-François Copé accuse François Fillon de céder à la ''bien-pensance'' / ©maxppp
Ajouter un commentaire