Debout le France EELV En Marche Mouvement pour la France Mouvement républicain et citoyen (MRC) Nouvelle Donne Parti chrétien-démocrate Parti écologiste undefined Walwari Les Républicains UDI Parti Socialiste Front National Union des Démocrates et Indépendants MODEM Europe Ecologie Les Verts Nouveau Parti Anticapitaliste Lutte Ouvrière Front de gauche Parti Communiste Parti de Gauche Parti Radical de Gauche Debout la France
#on en parle
WTF

Primaire à gauche : la curieuse charge de Vincent Peillon contre le programme "totalitaire" de Benoît Hamon

À la peine dans les sondages de la primaire de la gauche, Vincent Peillon était invité ce 11 janvier de LCI. Face à Audrey Crespo-Mara, il a justifié sa candidature à la primaire de la gauche par sa "peur terrible" pour la France. Il a aussi attaqué Benoît Hamon, comparant son programme à celui des "États totalitaires."

Dans le même panier. Invité de LCI ce 11 janvier, Vincent Peillon a confié avoir une "peur terrible" pour son pays. Il en profité pour dézinguer Marine Le Pen et Benoît Hamon. Le candidat à la primaire de la gauche était interrogé sur ses motivations réelles à s’engager dans la course à l’Élysée. "Vous vouliez vraiment y aller ?" lui demande Audrey Crespo-Mara. "Oui", répond Peillon, qui a pourtant reconnu en décembre qu’il ne se serait jamais déclaré si François Hollande avait brigué un second mandat. La raison ? "J’ai une peur terrible pour mon pays", justifie-t-il.

L’eurodéputé précise sa pensée et affirme s’inquiéter de "l’indifférence" de l’opinion publique. "J’ai envie de dire aux Français, réveillez-vous", lance-t-il, avant de cibler plus spécifiquement Marine Le Pen et, de manière plus surprenante, Benoît Hamon.

Son attaque contre la patronne du FN n’a rien d’étonnant de la part d’un socialiste, elle est même classique : "Quand dimanche madame Le Pen dit qu’on n’accueillera pas les enfants à l’école de la République s’ils sont des enfants d’étrangers… indifférence totale."

Totalitaire, le programme d'Hamon ?

En revanche la charge contre Benoît Hamon – l’homme en forme dans les sondages, il est vrai – a de quoi laisser dubitatif : "Vous avez compris ce qu’il dit Hamon ? Il dit qu’il faut que la police et l’armée ce soit la même chose. Ça n’existe que dans les États totalitaires ou dans les situations d’urgence."

À quel aspect du programme du député des Yvelines Vincent Peillon faisait-il allusion ? Mystère. Quand on consulte les propositions dédiées à la sécurité de Benoît Hamon sur son site officiel, il est question de "moyens renforcés et mieux répartis pour la police", de la "mise en place d’une véritable police de proximité" ou encore de l’établissement d’un budget "à 3 % du PIB pour la sécurité et la défense." Mais nulle part on ne trouve trace d’une quelconque fusion entre la police et l’armée.

Primaire à gauche : la curieuse charge de Vincent Peillon contre le programme
Vincent Peillon a établi un parallèle entre le programme de Benoît Hamon et les États totalitaires / ©LCI
Ajouter un commentaire